Les droits des étrangers ne peuvent se réduire à un marché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les droits des étrangers ne peuvent se réduire à un marché

Message par mathieu le Ven 13 Mar - 1:04




Madame, Monsieur, cher(e) ami(e),
Vous avez été signataire de l'une des nombreuses pétitions du Réseau
Éducation Sans frontières (RESF) ou de nos appels "Nous les prenons
sous notre protection" et "Laissez-les grandir ici" en défense des
jeunes scolarisés sans papiers ou des enfants de parents sans papiers.

Nous nous adressons à nouveau à vous en sollicitant votre signature
pour empêcher M. Hortefeux de priver pratiquement de tout moyen de
défense les étrangers placés en Centres de Rétention Administrative
(CRA). Les objectifs chiffrés à l'unité près qu'il assigne à chacune
des préfectures ont des effets désastreux sur les pratiques policières
et préfectorales. Soumettre l'intervention dans les CRA à appel d'offre
renouvelé annuellement et ouvert à des organismes dépendants des
pouvoirs publics ou commerciaux, interdire à quiconque d'avoir une
vision d'ensemble en multipliant les lots, imposer aux intervenants la
"neutralité" et la "discrétion", limiter leur rôle à "l'information
juridique" et non plus à la défense du droit des étrangers revient à
les priver de tout droit. Une société ne sort jamais indemne de laisser
traiter de la sorte une fraction de sa population. Comme pour le
fichier Edvige, il nous
semble indispensable de réagir.

Vous trouverez ci-dessous le message que nous avons adressé hier aux
27.500 abonnés de la liste informatique resf.info. Cette liste, que
nous nous efforçons de rendre peu "bavarde" (pratiquement jamais plus
d'un message par semaine) alerte en cas de menace imminente d'expulsion
d'un jeune scolarisé ou d'une famille. Elle permet à ceux qui le
souhaitent d'intervenir par fax, mail ou téléphone auprès des
préfectures ou du ministère concernés. Vous pouvez, naturellement, vous
abonner si vous le voulez bien à l'adresse : http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info

Mais, pour l'heure, l'essentiel est la pétition Les droits des
étrangers ne peuvent se réduire à un marché. Vous en trouverez le texte
ainsi que la procédure pour la signer dans le message URGENT ET
IMPORTANT reproduit ci-dessous.

Nous comptons réellement sur un très grand nombre de signatures. Merci.

MESSAGE RESF.INFO URGENT ET IMPORTANT DU 7 OCTOBRE 2008

1) Il est de la plus grande importance d'empêcher M. Hortefeux de
transformer les CRA en centres de relégation administrative devant
lesquels il serait interdit de se rendre et d'où ne sortirait plus
aucun écho de ce qui s'y passe. Il faut signer la pétition suivante et
protester.
Une version (pdf) permettant la signature papier de la pétition est disponible sur le site du réseau http://www.educationsansfrontieres.org/
Les feuilles signées sont à retourner à RESF, 8 impasse Crozatier 75012 Paris

2) De nombreux indices montrent que le gouvernement voudrait faire
taire ceux qui critiquent la politique du ministère de la Rafle et du
Drapeau. Il faut donc être poli et/ou astucieux quand on s'adresse aux
ministres ou aux préfets pour ne pas encourir les poursuites que,
semble-t-il, certains rêvent d'engager.


LES DROITS DES ÉTRANGERS NE PEUVENT SE RÉDUIRE À UN MARCHÉ !!!

Pour le retrait de la réforme ministérielle qui modifie les conditions
d'intervention de la société civile dans les centres de rétention
administrative !

Nous signataires, à la suite de nombreuses associations (*), exprimons
notre préoccupation concernant le contenu du décret du 22 août 2008 et
de l'appel d'offres consécutif qui modifient les conditions
d'intervention dans les centres de rétention administrative (CRA) quant
à l'aide et à l'exercice des droits des étrangers.

La mission telle que l'exerce jusqu'à ce jour la Cimade auprès des
étrangers retenus dans les CRA afin « de les informer et de les aider à
exercer leurs droits » sera remise en cause par ces nouvelles
dispositions :
* la réforme dénature la mission car l'assistance à l'exercice effectif
des droits des personnes retenues est désormais réduite à une seule
mission d'information ;
* l'émiettement de cette mission contrarie toute observation, analyse
et réaction d'ensemble sur la situation prévalant dans les centres de
rétention. Il entrainerait, outre une inégalité de traitement, une
réduction de la qualité de l'aide apportée aux étrangers ;
* l'ouverture de cette mission par voie d'appel d'offres de marchés
publics à des opérateurs autres que les associations spécialisées
menace l'exercice des droits fondamentaux des personnes retenues ;
* l'exigence de neutralité, de discrétion et de confidentialité revient
à entraver toute parole publique de témoignage et d'alerte sur
certaines situations contraires au respect des droits fondamentaux.

Cette volonté d'entraver l'action de la société civile est d'autant
plus inquiétante qu'elle intervient dans un contexte marqué par une
politique du chiffre en matière d'éloignement des étrangers et les
menaces contenues dans la directive « retour » adoptée par le Parlement
européen(**).

Nous, signataires, considérons que, telle qu'elle est envisagée, la
réforme des conditions d'intervention en rétention n'est pas acceptable.

Nous exigeons du gouvernement de renoncer à sa réforme.
Nous demandons au gouvernement d'engager une concertation avec
l'ensemble des organisations qui dans notre pays sont attachées au
respect des droits des étrangers.

(*) DECLARATION inter associatives, Sur les dangers de la réforme
ministérielle relative aux interventions de la société civile dans les
centres de rétention administrative
Communique du Syndicat des Avocats de France
Appel lancé par le Gisti « Etrangers, silence on enferme ! »
Le Monde du 4 octobre : Eva JOLY : Omerta sur les clandestins
Communiqué de la CIMADE
Communiqué d'Amnesty
Communiqué de presse du Réseau Education Sans Frontières (RESF)
Communiqué de FTDA

(**) Pour comprendre les enjeux de la Directive "retour"
Ces documents sont consultables sur le site de signature de la pétition

Urgent !!

Ecrivez au Ministre de l'immigration, à ses conseillers, à l'Elysée pour leur demander le retrait de la réforme...
Inspirez vous du texte de la pétition. Évitez les invectives et veuillez rester courtois. Merci de nous faire passer une copie.
101 rue de Grenelle 75007
Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30
Par mail, écrire à son conseiller : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
ou Secrétariat Général (M. Patrick Stefanini) : secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Élysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
Contact : retraitreforme@placeauxdroits.net Nous vous invitons également à vous inscrire sur la liste resf.info, ici : http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info
En vous y abonnant, vous recevrez seulement les appels urgents
lorsqu'une situation se présente qui nécessite l'intervention de
milliers de soutiens ; vous recevrez parfois aussi des appels à des
mobilisations nationales ou des communiqués important. Soit environ un
message par semaine, rarement plus. Cette liste est une liste de
diffusion seulement, et non une liste de discussion.

------------------------------------------------------------

Un drapeau jaune et noir pour les sans-papiers...



Tout se résume à cet incroyable panneau routier peu après la frontière
côté Californie après Tijuana. Attention ralentir, passage de famille
de travailleurs étrangers clandestins !



Nous devons en faire le drapeau de tous les clandestins du monde. Sur
toutes les frontières, parmi les autres drapeaux, ajoutons celui-là, en
jaune et noir
.
En hommage à toutes les familles qui ont fui misère et oppression
espérant asile, pain et liberté une fois la ligne franchie, la montagne
ou l'océan. En badge, en t-shirt, pas besoin de sous-titre, tout le
monde comprendra.



Sauf peut-être Monsieur Sarkozy. Monsieur Sarkozy ne comprend pas ce
que veulent ces gens-là. En France depuis le 17 avril, dans la
restauration, dans le bâtiment, dans le nettoyage, des travailleurs
sans papiers se sont mis en grève au grand jour pour demander une
régularisation.
Soutenus
par des syndicats et des associations, ils sont plus de 1000
aujourd'hui. Mais Monsieur Sarkozy ne comprend pas. Monsieur Sarkozy
fait mine de croire que ces gens-là veulent devenir français.Il fait
semblant de mélanger naturalisation et régularisation. " On ne devient
pas français en travaillant dans la cuisine d'un restaurant "
expliquait Monsieur Sarkozy le 24 avril. Les sans-papiers ne demandent
pas à devenir français, ils demandent le droit de travailler dans la
légalité avec un titre de séjour.
Monsieur Sarkozy le sait
parfaitement. Mais il entretient l'équivoque, il ménage ce qui lui
reste de voix dans la droite dure, il fait vibrer la bonne grosse
ficelle xénophobe. " La loi prévoit un certain nombre de critères pour
devenir français, d'abord il faut le demander, ensuite il faut parler
français, enfin il faut justifier soit d'un contrat de travail soit
d'un minimum de ressources ".



Le journaliste qui lui pose la question ne relève pas, il le laisse
dire. Mais monsieur le Président, ces travailleurs demandent une
autorisation de séjour et non pas une carte d'identité française. Vous
confondez Monsieur le Président. Vous connaissez parfaitement ce sujet,
vous avez été Ministre de l'Intérieur, vous êtes président Monsieur le
Président, le journaliste ne relève pas.



Alors, confusion volontaire ou non ? Les commentateurs s'interrogent ingénument.


Les mêmes s'émerveillent que les patrons des sans papiers en grève
soutiennent les revendications de leurs employés. Sans papier et
patrons, même combat. Et pourquoi pas pour bientôt, une version de "
Merci Patron " dans une langue malienne ? C'est le dos au mur que les
patrons lâchent du lest, comme toujours. On ne demande pas à un loup de
manger de la luzerne.



En attendant, l'opinion soutient à 68 poucent les travailleurs sans
papiers ( Sondage CSA/Parisien du 27 avril). Mais Monsieur Sarkozy s'en
fout. Pas de régularisation. Que du cas par cas. A l'heure où le vieux
Le Pen ressort son détail , Sarkozy lui aussi espère se refaire avec la
France qui craint. Avec la France des petits blancs méprisés et
"beaufisés"par les malins bobos.



En mai 2006 aux Etats-Unis, il y eut des manifestations énormes contre
les lois de 2005 sur le contrôle aux frontières. Trois millions de
manifestants à travers le pays pour défendre les travailleurs étrangers
légaux ou clandestins. Comparer aux protestations du monde ouvrier ce
fut la plus large mobilisation des travailleurs de toute l'histoire des
Etats unis.



Certes les hommes ont toujours migré vers une vie supposée meilleure.
Mais aujourd'hui, mondialisation libérale oblige, c'est la violence des
politiques économiques imposées aux pays pauvres qui arrachent par
millions des hommes à leur terre pour survivre et faire survivre leurs
familles. Les " remesas ", l'argent envoyé par les immigrés mexicains
constitue la deuxième rentrée de devises du pays après le pétrole.



Aux Etats-Unis, le thème des manifs était " Une journée sans immigrés
". Histoire de démontrer que sans eux, légaux ou clandestins, le pays
cale. Et pourquoi pas ici en France ? Une journée sans sans-papiers,
depuis le temps qu'on en parle. Restauration, bâtiment, sécurité,
nettoyage, aide à la personne.A quoi ressemblerait ce jour-là le pays
de l'étourdi Monsieur Sarkozy qui confond la carte d'identité et la
carte de séjour ?
avatar
mathieu

Nombre de messages : 275
Age : 28
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 19/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les droits des étrangers ne peuvent se réduire à un marché

Message par Psola le Ven 13 Mar - 19:33

pfffiouu ptete qu'un jour je le lirai entièrement, mais la ta fais le porc...
avatar
Psola

Nombre de messages : 164
Age : 27
Localisation : Bass normandie
Date d'inscription : 19/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les droits des étrangers ne peuvent se réduire à un marché

Message par mathieu le Ven 13 Mar - 20:49

LOL
avatar
mathieu

Nombre de messages : 275
Age : 28
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 19/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les droits des étrangers ne peuvent se réduire à un marché

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum